Apprendre à vivre après le cancer du sein

Apprendre à aimer son corps est difficile. En vieillissant et en ayant des enfants, nous portons également des cicatrices et des vergetures qui racontent l’histoire de toute une vie. Au fil du temps, avec la maturité, certaines femmes peuvent enfin être capables de se regarder dans le miroir et voir quelque chose qu’elles n’avaient jamais vu auparavant : les cicatrices dont elles avaient autrefois honte.

Ces dernières avaient pris un nouveau sens. Après tous ce qu’elles ont pu endurer, ces femmes, se sentaient fières et fortes.

Par ailleurs, partager les histoires et les photos avec d’autres femmes qui ont vécu des moments difficiles dans leurs vies. Cela montre qu’elles sont plus que les cicatrices qu’elles cherchent à cacher.

Après le mois d’octobre

Nous avons presque tous un ami ou un membre de la famille qui a lutté contre le cancer du sein. En effet, Une femme sur huit court le risque d’être diagnostiquée avec la maladie au cours de sa vie. Le cancer du sein est la cause d’environ 15% des décès liés au cancer.

Lorsque nous parlons du cancer du sein, nous parlons en réalité de dizaines de maladies différentes. Beaucoup d’entre elles n’ont en commun que l’origine du sein. Alors qu’au niveau cellulaire, certaines pourraient avoir plus en commun avec un cancer dans une autre partie du corps, comme le cancer de l’ovaire.

 

Même après le mois de sensibilisation au cancer du sein en octobre, les biologistes cellulaires qui étudient le cancer du sein croient qu’il est important que les personnes soient informées de la maladie toute l’année. Il est estimé que la maladie a été diagnostiquée chez environ 250 000 femmes et chez 2 500 hommes en 2017.

 

Les combats de certaines femmes seront plus durs que d’autres. Des milliers de personnes continueront à croquer la vie à plein dents en considérant les solutions d’amélioration mammaire.