Reconstruction mammaire compatible avec toutes les patientes

Le lipofilling est une technique reconstructive et esthétique qui a récemment connu une popularité et est de plus en plus utilisée dans la chirurgie mammaire. Des préoccupations antérieures ont été soulevées au sujet de sa sécurité lorsqu’elle a été utilisée pour le remodelage et la reconstruction du sein.

Des avantages malgré tout

Cependant, ces préoccupations ont été rejetées depuis. Au cours des deux dernières décennies, de nombreuses preuves ont été présentées pour soutenir ces premières préoccupations théoriques. Toutefois, bon nombre de chirurgiens sont confiants. En effet, beaucoup de développements et de raffinements ont été adoptés ces dernières années. De plus, plusieurs études ont été publiées concernant la sécurité du lipofilling mammaire.

Par conséquents, les patientes recherchant une amélioration esthétique de la poitrine ou une reconstruction après un traitement du cancer du sein font plus confiance aux techniques du lipofilling mammaire.

Le principe de la chirurgie

L’utilisation de graisse autologue en remplissage et remodelage du contours du corps a été adoptée il y a plus d’un siècle. La première utilisation de la graisse autologue comme charge a été réalisée par en 1895. Le greffage du tissu adipeux est tombé en désuétude après que des inquiétudes ont été soulevées en 1950.

L’histoire de la chirurgie

L’utilisation actuelle de lipofilling remonte à 1987, lorsque la liposuccion a été associé à la transplantation autologue de la graisse récoltée dans la poitrine. L’avantage majeur cité pour cette nouvelle technique était la présence d’un tissu donneur doux et malléable.

Cependant, il y avait des préoccupations antérieures selon lesquelles la procédure entraînerait des cicatrices, ce qui pourrait entraver le dépistage du cancer du sein.

L’expérience des deux dernières décennies a favorisé l’utilisation du lipofilling comme technique de reconstruction sécuritaire. Alors que des preuves de haut niveau sont encore attendues, l’utilisation de cette technique n’a pas été associée à une augmentation du risque d’oncogenèse, ni même au risque global de récidive chez les patientes atteintes d’un cancer du sein invasif primaire.