Quand faut-il changer ses prothèses mammaires en silicone ?

L’augmentation mammaire est une opération de chirurgie esthétique des seins qui vise à leur procurer plus de galbe et de volume. Si elle est effectuée par un chirurgien plasticien compétent et expérimenté, cette intervention ne peut être que réussie. En effet, deux techniques sont possibles, soit une augmentation de poitrine par pose d’implants en silicone, soit par injection de la propre graisse de la patiente.

La question qui se pose, dans le cas d’une insertion des prothèses est : quand changer ses prothèses ? Peuvent-elles être posées à vie ?

Quels sont les cas qui nécessitent un changement de prothèses ?

Plusieurs cas peuvent inciter la patiente (ou si le chirurgien décide) effectuant l’augmentation de la poitrine à changer ses prothèses mammaires en silicone :

En cas de complication

Quelques risques peuvent survenir lors de l’augmentation mammaire avec pose des implants :

Tel est le cas de la coque fibreuse, qui est une réaction allergique provoquée par les tissus entourant la prothèse. Ce phénomène concerne surtout les implants remplis de sérum physiologique (eau saline). En effet, la réaction se manifeste par la présence  des ondulations et des reliefs remarquables même sur le derme.  Sinon, on distingue 4 stades de développement de coque :

  • Stade 1 : aucun signe de coque ;
  • Stade 2 : fermeté remarquable à la palpation ;
  • Stade 3 : développement des fibres autour de l’implant, donnant une impression du sein immobile ;
  • Stade 4 : seins durs et douloureux.

Cette réaction peut atteindre un seul sein ou les deux seins.

En cas de rupture

Même si le corps accepte les prothèses insérées, des accidents ou des traumatismes brusques peuvent arriver et rompre la paroi de l’implant. Sinon, cela peut arriver par simple usure et dans les deux cas, une réintervention est indispensable. On distingue : une rupture intra-capsulaire et une rupture extra-capsulaire.

Le scandale des prothèses PIP : Que faire ?

A la base, Poly Implant Prothèse ou PIP était une entreprise française fabriquant des prothèses mammaires pré remplies de gel cohésif ou de sérum physiologique.

Mais depuis 2010, des spécialistes du ministère de la santé publique française ont découvert que cette entreprise fabrique des prothèses frauduleuses et dangereuses et que 30 000 des françaises se trouvaient avec des implants mammaires fragiles et dangereux.

Comment reconnaitre une prothèse PIP ?

Plusieurs femmes portant ce type de prothèses, sentaient que leurs seins sont durs à la palpation et douloureux, avec une inflammation et des rougeurs remarquables.

Une mammographie est suffisante pour découvrir la fraude et une réintervention en urgence, serait, dans ce cas indispensable.

Changement pour une raison purement esthétique

Dans certains cas, il arrive que la patiente ne veuille plus une certaine forme ou un certain volume de ses seins. Ainsi, une deuxième pose d’implants peut être envisagée afin d’effectuer le changement désiré.

Cependant, il faut tout d’abord, en discuter avec son chirurgien plasticien pour étudier la faisabilité de l’intervention.

En cas d’anomalie

Si vous portez des implants mammaires en silicone et vous remarquez qu’ils ont subi un dégonflement brusque ou progressif, n’hésitez pas et effectuez une IRM ou une mammographie pour déceler cette anomalie.

Quel est l’effet des liquides des prothèses sur le corps, en cas de rupture ?

Que ce soit le sérum physiologique ou le gel de silicone cohésif ; si la paroi de l’implant a été déchirée et les liquides la remplissant sont déversés dans le milieu environnant des seins, cela ne pose pas un problème et ne forme pas un danger sur la santé de la patiente.

Ces liquides sont testés dans les laboratoires et sont 100 % biocompatibles.